Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



  • Accueil
  • > Abreuvoirs/Châteaux d'eau/Fontaines

L’entrée monumentale du passage Alfred-Stevens (1882)

Boulevard de Clichy

entrée passage stevens 2

Au n°9 du boulevard de Clichy, une grille donne accès au passage Alfred-Stevens : celui-ci débouche sur une cour bordée d’immeubles d’habitations. En bordure du boulevard de Clichy, l’entrée de ce passage privé se signale par une haute façade : elle est percée de larges baies vitrées qui éclairaient probablement d’anciens ateliers d’artistes.

entrée passage stevens

Maison Parvillée

Femme à la coiffure nouée de rubans, 1882, Paris, façade du passage Alfred-Stevens

Des médaillons et une frise de carreaux de faïence séparent les deux baies superposées de la façade du boulevard de Clichy. Les médaillons en céramique renferment le profil de femmes à la coiffure nouée de rubans, l’une tournée vers la gauche, l’autre vers la droite. L’une porte une tunique fixée sur l’épaule, l’autre un collier autour du cou.

DSCF2963

Maison Parvillée

Femme à la coiffure nouée de rubans, 1882, Paris, façade du passage Alfred-Stevens

Fondée à Saint-Maur par Léon Parvillée, ancien élève de Viollet-Leduc et céramiste orientaliste reconnu, la maison Parvillée s’était installée dans la rue Neuve-Fontaine-Saint-Georges, en 1871, puis rue Fromentin, en 1881. L’année suivante, alors très florissante, la maison Parvillée s’installait rue Caulaincourt, dans le quartier de Montmartre. C’est cette même année qu’elle intervint sur la façade du passage Alfred-Stevens.

fontaine alfred-stevens

Ce passage couvert rejoint la rue Alfred-Stevens, perpendiculaire à la rue des Martyrs. Cette voie tient son nom du propriétaire des terrains sur lesquels elle fut ouverte, autrement dit le peintre belge Alfred Stevens (1823-1906), qui avait pris demeure à Paris en 1844.

Terminée en cul-de-sac, la rue Alfred-Stevens est ornée à son extrémité d’une fontaine, aujourd’hui désaffectée. Cette fontaine occupe la partie médiane d’un mur panneauté, contre lequel elle est adossée. L’édicule est coiffé d’un entablement en « chapeau de gendarme », décoré d’une coquille et de deux pommes de pin. Une console, ornée d’une feuille d’acanthe et appuyée sur une tête de lion, relie l’entablement à une baie aveugle, voûtée en plein cintre. Cette baie devait probablement servir de fond à une sculpture, dont le piédestal est encore visible.

DSCF2961

Au registre inférieur, un bassin semi-circulaire, surmonté d’un mascaron à tête grotesque, recevait autrefois l’eau crachée par cette créature effrayante.  

.
 
  • octobre 2017
    L Ma Me J V S D
    « juil    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  

"D'âmes et de pie... |
Boxtoroll™ |
Francoise Jandey |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chorale2014
| Stephanieczgz
| Talysma - Aurélie C